7 April 2021 / Journal de bord

Traduction d’un roman jeunesse
Relecture : semaine du 29 mars au 4 avril

Auteur•rice : Emma Troude-Beheregaray
Quand trop de choses perturbent la relecture...

Allez, allez, encore un peu de courage et si tout va bien, j’aurais terminé ma grosse relecture à la fin de la semaine. Avant de commencer l’ultime lecture

Ça, c’est ce que je croyais en début de semaine… La suite m’a montré que la vie (comme la traduction) n’est qu’un éternel chamboulement de calendrier !

Efficacité

Lundi, je me suis remise efficacement au boulot et j’ai dévoré deux chapitres. Cette relecture me rappelle à quel point prendre du recul est essentiel. Je tombe parfois sur des tournures de phrases qui me font hurler tellement ce sont des calques de l’italien !… Difficile de s’en rendre compte quand on a le nez dedans, en revanche. J’espère réussir à prendre assez de distance avec le texte pour que ma dernière relecture soit utile. Je croise les doigts.

Je prends toujours autant de plaisir.

Je prends toujours autant de plaisir à suivre le jeune narrateur dans son enquête, même si c’est la troisième ou quatrième fois que je lis le récit !… C’est agréable de comprendre comment l’intrigue se construit, quels indices sont donnés, à quel moment. J’ai presque envie d’écrire un roman rien qu’à moi (mais chaque chose en son temps…).

Panique

Mercredi soir, c’est un peu la panique. La fatigue l’emporte, je sais que je vais probablement devoir modifier mon planning de travail pour terminer ma relecture la semaine prochaine.

J’ai pris contact avec la nouvelle éditrice en charge du projet et elle a été extrêmement sympathique. Son assurance et son écoute ont été précieuses pour couper court aux quelques doutes que j’avais. Comme quoi, même si le travail de traduction est solitaire, le contact humain reste une grande force.

Malgré tout, l’éditrice m’a également confirmé que je devrai être très réactive après la remise pour valider les modifications de la préparatrice de copie. En effet, le texte devra partir en composition le lendemain de mon retour de congés, soit quelque dix jours après la remise. Sachant que la préparatrice aura plus ou moins une semaine pour mener à bien sa mission d’harmonisation et de lissage du texte. Moi qui croyais avoir quelques jours de répit, c’est raté !

Réactivité

Plutôt que de crouler sous la pression, j’ai finalement décidé de revoir mon programme pour pouvoir tout relire dans le calme. Je me suis concentrée jeudi sur d’autres missions que je devais absolument terminer et j’ai fait une pause dans ma relecture ! Vendredi, j’ai fait le point sur ce qu’il me restait à faire et j’ai avancé de quelques pages. J’ai pu me replonger doucement dans le texte.

Toute cette semaine m’a rappelé qu’une grande partie de mon métier consiste à être réactive ! Je ne me laisse pas abattre et je continue ma route pour rendre, le 16 avril, la plus belle version de ma traduction possible. On y croit !

Commentaires

Mes articles

Les plus populaires

Une expérience de l'écriture inclusive

Une expérience de l’écriture inclusive

Emma Troude-Beheregaray
L’écriture inclusive, c’est un moyen parmi d’autres de rendre le langage plus neutre pour que chacun·e se sente inclus·e dans la communication écrite. Et...
5 October 2020 en Traduction
Translating is a discovery

Translating is a discovery

Emma Troude-Beheregaray
Translating is like solving a riddle. When a text is highly technical, you have to get all the clues and you understand it as...
27 January 2018 en Traduction
Traduction roman jeunesse dans Paris du XIXe siècle

Traduction roman jeunesse :
semaine du 22 au 28 mars

Emma Troude-Beheregaray
Cela fait maintenant un mois et demi que je travaille sur la traduction d’un roman jeunesse italien pour une grande maison d’édition française. Cette...
26 March 2021 en Journal de bord